Cumartesi Ekim 21, 2017

Liberté pour Georges Abdallah et les prisonniers révolutionnaires de l’ATIK !

kaypakkaya-partizan
L’Europe détient dans ses prisons plusieurs dizaines de prisonniers révolutionnaires parmi lesquels Georges Abdallah et les prisonniers de l’ATIK.

 

En Allemagne, 10 révolutionnaires membres de l’ATiK (Confédération des travailleurs de Turquie en Europe) et soupçonnés d’être des dirigeants du Parti communiste de Turquie/Marxiste-léniniste (TKP/ML) sont emprisonnés depuis 2015. Ces 10 camarades ont été arrêtés au cours d’une opération simultanée en Allemagne, France, Grèce et Suisse.
Ils sont poursuivis au prétexte que ces militants ont été condamnés en Turquie pour avoir appartenu au TKP/ML (Parti Communiste de Turquie / Marxiste-Léniniste). En utilisant la loi 129/a-b du droit pénal, l’Etat allemand peut accuser une personne de mener des « activités terroristes » si elle a déjà été poursuivie pour cette raison dans son pays d’origine. Cependant, le TKP/ML n’est pas sur la liste des « organisations terroristes » reconnues par les lois allemandes. 

Le TKP/ML est un parti communiste qui, depuis plus de 40 ans, organise et se bat pour les opprimés et exploités de Turquie et du Kurdistan du Nord, face à un État turc proprement fasciste. L’Armée ouvrière et paysanne de libération de Turquie (TIKKO), qui lui est liée, se bat aux côtés des combattantes et combattants kurdes de Rojava, au sein du Bataillon international de libération, contre les fascistes de Daesh.

Georges Abdallah est lui l’otage de l’impérialisme français depuis 1984. Combattant communiste arabe emprisonné en France pour des actions anti-impérialistes revendiquées par les Fractions armées révolutionnaires libanaises (FARL), il est libérable depuis 1999. L’État français utilise tous les prétextes pour le maintenir en détention. Aujourd’hui encore l’acharnement se poursuit alors qu’il est libérable depuis 1999 ! Après plus de 33 ans de prison, ce militant refuse de renier son engagement prévolutionnaire et demeure encore aujourd’hui un militant communiste anti-impérialiste implacable !

Cet acharnement montre une fois de plus que la bourgeoisie française défend, en toute indépendance, ses intérêts. Notamment au Moyen-Orient, en gardant emprisonné ce qui est aujourd’hui un symbole : celui d’un militant communiste révolutionnaire luttant contre l’impérialisme, le sionisme et les régimes réactionnaires arabes ! Qui ne transige pas et refuse de céder au chantage au reniement !

Pour nous, organisations communistes de France et de Turquie, c’est un devoir de défendre Georges Abdallah et les leaders de l’ATIK. Si les États français et allemand s’acharnent contre eux, c’est qu’ils sont les représentants de la résistance à l’impérialisme ! Et c’est pour cette raison que nous exigeons leur libération immédiate ainsi que celle de tous les prisonniers révolutionnaires du monde entier !

Vive la solidarité internationale ! Brisons les geôles de l’impérialisme !

OCML Voie Prolétarienne

Partizan 

 

310